CESP Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations - Publications & productions - Thèses soutenues - Validation d'une stratégie thérapeutique de la grossesse extra-utérine

#

Publications & productions

Thèses soutenues

Thèses soutenues >> Validation d'une stratégie thérapeutique de la grossesse extra-utérine


Nom : GOUSSAULT CAPMAS


Prénom : Perrine


Spécialité Thèse : Epidémiologie


Titre de la thèse : Validation d'une stratégie thérapeutique de la grossesse extra-utérine


Directeur Thèse 1 (CESP) : Jean Bouyer


Directeur Thèse 2 (CESP ou hors CESP) : Hervé Fernandez


Affiliation Directeur de Thèse 2 : CESP


Co-tutelle internationale : non


Date Soutenance : 15/06/2015


Date de début de la thèse : 15/06/2010


Résumé de la thèse : Problématique scientifique générale

La grossesse extra-utérine (GEU) représente 1,5 à 2% des grossesses. L’amélioration du diagnostic et de la prise en charge de la GEU dans les pays développés a déplacé les préoccupations des cliniciens du danger vital immédiat pour la femme vers la sauvegarde de la fertilité ultérieure. C’est dans ce contexte qu’est apparu le traitement chirurgical conservateur comme alternative au traitement radical puis plus récemment, le traitement médical par injection de Méthotrexate® en intra-musculaire. Ces techniques augmentent cependant le risque d’échec du traitement ; il faut donc trouver le meilleur compromis entre risque d’échec immédiat et préservation de la fertilité.
Le traitement chirurgical conservateur est actuellement le traitement recommandé, il est cependant grevé d’un taux d’échec de 4 à 29%.
Les alternatives sont le traitement chirurgical radical, mais qui semble obérer la fertilité ultérieure même s’il présente l’avantage d’un taux de succès toujours supérieur à 99% ; et le traitement médical, apparu dans le courant des années 80, semblant avoir le même effet positif sur la fertilité que le traitement chirurgical conservateur, il présente par ailleurs l’avantage d’un coût moindre, et d’une prise en charge moins agressive et moins traumatisante. Le taux d’échec de cette technique est cependant de l’ordre de 15 à 20%.
C’est dans ce contexte que l’étude DEMETER a été mise en place ; il s'agit d’un essai randomisé comparant les trois traitements de la GEU en terme de fertilité ultérieure. Cette étude a deux bras : l'un comparant le traitement chirurgical conservateur et le traitement médical, l'autre le traitement chirurgical conservateur et le traitement chirurgical radical.

Objectifs scientifiques de la thèse:

Comparaison de l'efficacité immédiate des traitements notamment des traitements conservateurs portant sur les patientes incluses dans le bras 1 de DEMETER (traitement chirurgical conservateur ou traitement médical). Cette comparaison portera sur les 149 patientes incluses dans le bras 1 soit 80 patientes ayant reçu le traitement médical et 69 le traitement chirurgical. Comparaison de l'évolution de l'HCG et de la Progesterone après les différents traitements et comparaison du délai de guérison entre les groupes notamment du bras 1 (traitement chirurgical conservateur versus traitement médical). Recherche de facteurs de risque d'échec du traitement médical et évaluation du score d'inclusion (score de Fernandez). Cette recherche portera sur les patientes incluses dans le bras 1 et randomisées dans le groupe traitement médical soit 80 patientes.

Recherche de facteurs de risque d'échec du traitement chirurgical conservateur avec les patientes des bras 1 (n=69) et 2 (n=80) ayant reçu ce traitement, soit un total de 149 patientes. Analyse de la fertilité au décours des trois traitements après définition précise de la fertilité (analyse réalisée avec la fertilité défini comme l'obtention d'une grossesse (évolutive ou non) ou comme la naissance d'un enfant vivant). Cette analyse sera réalisée avec les patientes du bras 1 en comparant la fertilité après traitement chirurgical conservateur et traitement médical puis d'autre part avec les patientes du bras 2 en comparant le traitement chirurgical conservateur et radical. Le nombre total de patientes incluses dans l'essai est de 305, 149 dans le bras 1 et 156 dans le bras 2. Le taux de grossesse (évolutive ou non) en mars 2010 (soit 1 an avant la fin du recueil) était de 269. Redéfinir le choix des stratégies thérapeutiques grâce aux résultats précédents. Adapter ce choix de procédure aux différentes situations cliniques rencontrées.

Données sur la fertilité disponibles en mars 2011. Données sur l'efficacité immédiate des traitements, l'évolution de l'HCG et de la progestérone au décours déjà disponibles. Utilisation de modèles mixtes pour modéliser le caractère multicentrique de l'essai (inclusion par 16 centres différents). Utilisation de modèle de régression logistique pour comparer l'efficacité des traitements et pour la recherche de facteurs de risque d'échec des différents traitements. Utilisation de modèle de régression linéaire ou de modèle mixte sur données longitudinales pour la modélisation de l'évolution de l'HCG et de la progestérone. Utilisation de modèle de survie pour l'analyse de la fertilité au décours des traitements.


Date Dernière nouvelle : 05/03/2014


[ + ]

Tutelles, partenaires et collaborations

Tutelles

#

#

#

Partenaires

#

#

Espace pro